Des chauves-souris chez vous ? Un individu trouvé au sol ? 

TAPHIEN DE MAURICE

Famille : Emballonuridae

Nom vernaculaire : Taphien de Maurice

Nom latin : Taphozous mauritianus

Description : Face conique aérodynamique, pelage gris chiné sur le dos et face ventrale entièrement blanche, sans dimorphisme sexuel. Ailes de couleur claire, allongées et étroites. Cette espèce a un vol tendu assez caractéristique. C’est un chasseur rapide de haut vol. On peut facilement le voir chasser au dessus des terrains de sport éclairés, décrivant de grandes traversées rectilignes et de larges cercles. T. Mauritianus gîte seul ou en petit groupe n’excédant que très rarement 8 individus.

Envergure

~ 40 cm

POIDS

~ 30 g

Aire de répartition

Présente à l’île de la Réunion, à l’île Maurice, Madagascar, aux Comores et sur une large bande de l’Afrique continentale, allant jusqu’au Golfe de Guinée, ainsi qu’au Sénégal. Espèce indigène aux Mascareignes.

habitat

Il s’est adapté à un large éventail d’habitats, notamment les savanes subarides à semi-tropicales et peut être trouvé dans une grande partie de l’Afrique au sud du Sahara. A La Réunion, le Taphien de Maurice gîte principalement sur les troncs de cocotiers ou de filaos, parfois de manguiers ou de beaucarnea. On peut aussi le rencontrer sur les façades de bâtiments ou d’ouvrages d’art. Il tire profit des zones éclairées où sont agrégés de gros insectes tels que les papillons tympannés dont il se nourrit.

reproduction

On observe des jeunes toute l’année à La Réunion. La littérature mentionne une à deux phases de mise bas dans l’année dans d’autres localisations. Les femelles n’ont généralement qu’un seul petit.

alimentation

Exclusivement insectivore (mites, papillons, termites, moustiques, hannetons…).

Menaces

Dérangement (casseurs de coco) et destruction de gîte (abattages filaos, cocotiers), déséquilibre des écosystèmes nocturnes liés à la pollution lumineuse, utilisation de pesticides et produits chimiques.

Statut de protection

Espèce protégée.

Statut de conservation

Priorité mineure.

Émissions sonores

Le Taphien de Maurice utilise des signaux en QFC (quasi fréquence constante) avec harmoniques. L’intensité maximale des signaux est concentrée sur l’harmonique 1 et non sur le fondamental, sauf en phase d’approche et de capture. Cette particularité, propre à cette famille de chauves-souris, est tout à fait originale parmi les émissions sonores de Chiroptères connues à l’heure actuelle de par le monde. Elle proviendrait d’une coévolution avec ses proies (papillons « tympanés ») pour éviter d’être détecté et évité par elles. La sonorité de ces émissions sonores est bitonale.

Séquence vol en milieu ouvert + phase d’approche :

En hétérodyne = son rendu audible par un détecreur d’ultrason

En expansion de temps = son ralenti 10 fois et transformé pour analyse spécifique

AUTRES espèces PRÉSENTES À LA RÉUNION

PETIT MOLOSSE DE LA RÉUNION

ROUSSETTE NOIRE